Malika Smith

Seikame : Malika bonsoir ! Comment allons-nous en cette fin de journée ? (Merci aux lecteurs qui lisent ça en plein aprèm de faire preuve d’un peu d’imagination).

Malika : Trrrrèèèès bien ! Je ressors d’un anniv’, alors tout va bien, je suis parée, dans la joie et la bonne humeur ! D’ailleurs, dépêche-toi que j’y retourne, hu hu !

Seikame : C’est ça stresse moi… Ton pseudonyme et ton matricule sociétal diffèrent-ils ? Ça fait combien de temps que les photons bombardent tes rétines ? Sous quels méridiens terrestres as-tu grandi ?

Malika : Malika Smith est un pseudo (car dans la vraie vie, je suis une sorte d’agent secret, hors de question qu’on me reconnaisse). J’ai 26 ans, et je viens de la mer. Mais pour des raisons professionnelles, j’ai dû monter à Paname-la-Pluvieuse (il n’y a pas trop de caméramen en mer à vrai dire).

Seikame : Si je te suis bien, tes études et ton emploi actuel ne sont pas tout à fait en lien direct avec le dessin. C’est complémentaire peut-être, par contre ?

Malika : Oui ! Ça sert pour créer des storyboards par exemple ! Et puis, je me sers de mon quotidien pour le raconter en images. Peu de gens connaissent l’audiovisuel en fait, la télé, tout ça … Ça fait souvent rêver. Les gens s’y intéressent du coup, mais bon je ne fais pas que parler de mon boulot. D’ailleurs dessiner les caméras c’est un peu chiant (trop de boutons).

Seikame : En te voyant sortir de nulle part, toute guillerette lors de ton post d’inauguration, je me suis posé une question simple mais terrible : pourquoi avoir choisi de te lancer dans un blog BD ?

Malika : Je dessine depuis toute petite en fait. Je m’étais d’ailleurs renseignée pour faire des écoles d’Art mais ça avait l’air assez galère (à l’époque, c’était la BD qui m’intéressait). Et puis je ne sais plus pourquoi, l’audiovisuel a pris le dessus. En même temps, je faisais partie d’un club ciné dans mon lycée. C’est peut-être ça. Il y a aussi eu deux profs d’arts plastiques un peu perchés qui m’ont rebutée (mais ça fera l’objet d’une prochaine note, ha ha, ils ne s’en sortiront pas comme ça !).

Seikame : Rooh allez, avoue que c’était surtout pour suivre le petit preneur de son qui était trop canon.

Malika : Confidence pour confidence : les preneurs de son sont de gros chauds-lapins ! En général, dans ce métier, on dit :

– que les gens de la prod sont les plus stressés.

– que les gens de l’image sont les plus arrogants.

– et que les sondiers sont les plus discrets (sans faillir à leur réputation de qu… enfin tu m’as comprise quoi).

Après, ce sont des rumeurs c’est pô moi qui le dit hein !

Seikame : Tu participes à un nombre pas négligeable de concours. C’est pour le fun, la gloire, les prix ? Tes sponsors t’y obligent ?

Malika : Ha ha ! Non, je n’ai absolument pas de sponsors, c’est simplement que mon blog a moins d’un an, donc dans les buts de me faire connaître et de me donner un thème sur lequel me faire la main, je trouve que c’est plutôt pas mal d’y participer. En plus j’en ai remporté certains. Ça permet de rencontrer des dessinateurs… Vive les concours quoi !

Seikame : Et où est ce que tu les trouves ? En vagabondant de sites en sites ?

Malika : Exactement ! Via les réseaux sociaux aussi, il y a pas mal d’infos qui tournent. Et puis il y a aussi les « grands  » concours pour des marques connues et donc là, on en entend souvent parler via des pubs. Par certains sites spécialisés dans les BD aussi. Il y a des rubriques concours. Mais les plus conviviaux restent ceux entre blogueurs BD je trouve.

Seikame : Tu aimes bien voyager non ? Ça influence ta manière de faire les choses en dessin/prise de vue/photo ?

Malika : J’adoooOOooore voyager ! Je vais partir au Portugal bientôt. Et puis j’irai jouer les cowgirls dans les montagnes rouges américaines au printemps. Après, c’est sûr que d’être dans un bel environnement ça aide à la création. Quand on voyage on fait le plein de couleurs, d’odeurs, de rencontres… Je ramène énormément de photos de mes voyages. Aucun bibelot touristique, les photos sont les seuls souvenirs du pays que j’ai visité. J’en fais alors profiter les blogueurs à mon retour !

Seikame : Et par opposition pour toi, Paname c’est une grosse chimère grise polluante qui dévore le bonheur et l’envie de dessiner ? Ou bien ça reste un milieu intéressant où puiser des anecdotes et de l’inspiration ?

Malika : Non, en fait, Paname c’est les 2 : ça a été un peu un choc quand j’ai dû y habiter. Pas l’habitude de subir autant le bruit, la pollution, la foule… La mer me manquait atrocement. Et puis petit à petit, on finit par prendre ses marques, trouver des coins sympas… Et se dire que c’est LA ville dont il faut profiter culturellement parlant. Je sors pas mal du coup : expos (j’ai profité des derniers jours de l’expo Raphaël au Louvre), concerts (je vais bientôt aller voir Sporto Kantes), théâtre (Bérangère Krief la semaine dernière) et pis ben ce soir : anniv’ ! Donc petit bar sympa pour retrouvailles. Donc tout ça pour dire que Paname… On s’y fait. Et il faut en tirer tous les côtés positifs. D’ailleurs il y a pas mal de dédicaces, je rencontre plein de dessinateurs, c’est super !

Seikame : Comment as-tu connu le CyanMagenta ? Grâce à tes contacts journalistiques hauts placés ?

Malika : Grâce au blog de Sahyuri. (D’ailleurs, j’avais participé et gagné un beau dessin à un de ses concours)Elle avait mis un lien sur son blog… Et paf ! Ça a fait des Chocapics !

Seikame : Bon et bien merci pour cette interview Malika ! Qu’est ce qu’on te souhaite pour la suite ?

Malika : Des beauuuux voyages, des belles photos qui inspireront de chouettes dessins ! Et plein de chocolat !

Seikame : Il reste ptêt du gâteau en attendant, fonce t’es libre !

Malika : Hiiiiiii !

Calomiel de filles
Nelan’ Dil de Noel