Pablo Picasso, les couleurs et le flux des émotions

L’histoire de l’art

Picasso est l’un des peintres qui vient à l’esprit de la majorité des hommes lorsqu’on parle de peinture. Cet artiste est connu pour avoir changé le cours de l’histoire de l’art. A travers ses différentes œuvres, Picasso était réputé pour avoir adopté une palette de couleur au cours de certaines périodes de sa carrière.

La période bleue de Picasso

Dans la «période bleue» de Picasso (1901-1904), ses peintures bleues représentent des êtres humains démunis. Le Bleu a été choisi délibérément afin d’intensifier le désespoir des personnages représentés, tels que les mendiants, les prostituées, les aveugles, les acteurs du cirque et le cirque, ainsi que Picasso lui-même. Cette couleur à la fois profond et froid, signifie la misère et le désespoir.
La «période bleue» dramatise l’artiste comme un paria de la société. En effet, à Paris à cette époque, loin de sa famille et de son foyer, Picasso est méconnu, et dans une extrême pauvreté. En outre, à cette époque, Picasso croyait que l’art était le fils de la tristesse et de la souffrance. La «période bleue» de Picasso est également déclenchée par le destin de son ami le plus proche, Carles Casagemas, dont l’engouement pour une fille et le rejet de celle-ci l’ont conduit à sa tentative ultérieure de la tuer et à son propre suicide.

La période Rose de Picasso

Peu à peu, les couleurs de Picasso s’éclaircissent, dans ce que l’on a appelé à tort «la période de la rose» (1904-1906). Non seulement les roses, mais les bleus, les rouges et les verts complètent ces images. Les figures émaciées sont devenues plus pleines. La nouvelle couleur exprime la chaleur et la vie. Les peintures de Picasso commencent à se vendre et il a maintenant un atelier, un amoureux et une vie. Les deux périodes – le «bleu» et la «rose» – forment une transition entre l’art conventionnel de sa jeunesse et l’art iconoclaste de sa maturité. En 1907, avec l’aide de Georges Braque, il introduit le cubisme, où la forme ne semble plus suivre les règles traditionnelles de la représentation tridimensionnelle. Les périodes «bleue» et «rose» restent populaires parce que la figure humaine est moins nette et plus reconnaissable que dans les œuvres cubistes de Picasso.
En plus d’être peintre, Picasso était également adroit dans la composition de poésie, de sculpture ou encore de dessin ou de gravure. Il avait également un rôle important durant la période communisme.

Pierre Ambrogiani, le gourmand des couleurs
Henri Matisse, l’émancipation de la couleur